Activité du lundi 9 juillet 2018

 

 

Vous n’y étiez pas  ….. dommage.

Deux excellentes activités en ce début juillet.

Cour de justice de l'Union européenne

Curia Europa est composée d’une Cour de justice (28 juges,11 avocats généraux, 1 greffier, 739 affaires introduites- 699 affaires clôturées ) et  d’un Tribunal de justice (  46 juges, 1 greffier, 917 affaires introduites- 895 affaires clôturées).
Depuis sa création en 1952, la mission de la Cour  de l'Union européenne consiste à assurer "le respect du droit dans l'interprétation et l'application" des traités.

Dans le cadre de cette mission, la Cour de justice de l'Union européenne :
- contrôle la légalité des actes des institutions de l'Union européenne,
- veille au respect par les États membres, des obligations qui découlent des traités, et
- interprète le droit de l'Union à la demande des juges nationaux.

Elle constitue ainsi l'autorité judiciaire de l'Union européenne et veille, en collaboration avec les juridictions des États membres, à l'application et à l'interprétation uniforme du droit de l’Union.

Tout cela nous a été présenté par Nathalie Picry, interprète à la Cour. De plus nous avons visité une salle de traduction, et deux salles d’audience, l’une de trois cents places assises et pour un tribunal de quinze juges et une  autre, plus petite, d’une centaine de places pour trois juges.
Ce que est impressionnant c’est le nombre de traductions pour chaque acte, c’est à dire:
-  904 emplois = 44 % du personnel de l'institution :
- 609 juristes linguistes + 74 interprètes
- 24 langues officielles de l'Union
552 combinaisons linguistiques
1 135 000 pages traduites + 696 audiences et réunions interprétées.

Chose bizarre, c’est le nombre d’emplois dans cette institution:
- 2 174 emplois = 1 324 femmes et 850 hommes (fonctionnaires, agents temporaires et contractuels) dont 60 % femmes.

 


Le repas de midi:Table du Belvédère, Place de l'Europe. Kirchberg avec pour menu: sushis, truite, dessert et café.

Vers 1500 hrs direction  le  Musée d’Art Moderne Grand-Duc Jean (MUDAM) à quelques centaines de mètres.Dirk nous y avait réservé un guide.


Le projet culturel de Mudam repose sur une conception de l’art vu comme distance poétique par rapport au monde. Ses maîtres mots sont: liberté, innovation, esprit critique, le tout non dénué d’humour.
SUSUMU SHINGU: exposition de sculptures élégantes qui s’animent au moindre souffle et révèlent de la sorte la présence intangible mais omniprésente de l’air.
KATINKA BOCK:Plier, enrouler, mouler, frotter, trouver un équilibre, tomber... Réalisées à partir de matériaux tels que l’argile, la pierre, le bois, le cuivre, le bronze ou le tissu, ses sculptures se résultent de gestes simples directement lisibles dans la forme de l’oeuvre.
NO MAN’S LAND: La sanctuarisation est une des réponses aux inquiétudes écologiques portant sur les territoires naturels .
JOÃO PENALVA: L’artiste portugais invente des fictions poétiques qui stimulent notre imagination. Ses contes visuels, que ce soient des œuvres intimistes ou de grandes installations, se présentent sous forme de mises en scène dans lesquelles se côtoient peintures, photographies, vidéos et documents ; images, textes et sons.

Vers 1630 heures retour vers la parking et direction nos domiciles respectifs en se disant que les absents avaient eu tort de ne pas venir.

Claude ROULANT

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now